Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 14:40

Pour avoir vibrer sur les  2 épisodes précédents de Batman selon Nolan , je ne pouvais que difficilement occulter le plaisir que fut Dark Knight Rises.
Image

Huit ans ont passé depuis que Batman a disparu dans la nuit, passant à cet instant du statut de héros à celui de fugitif. Prenant la responsabilité de la mort d'Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié pour le mieux, du moins l'espérait-il, autant que le Commissaire Gordon à ses côtés. Pendant un moment, le mensonge eut l'effet escompté, la criminalité de Gotham se pliant sous le poids de l'Unité anti-crime de Dent. Mais l'arrivée d'une féline et fourbe cambrioleuse au mystérieux dessein chamboule l'ordre établi.
Bien plus dangereuse encore est l'apparition de Bane, terroriste masqué dont l'impitoyable projet pour Gotham pousse Bruce à sortir de l'exil qu'il s'est imposé. Mais bien qu'il reprenne cape et masque, Batman pourrait ne pas être un adversaire à la taille de Bane...

 

Comme dans les épisodes précédents, les personnages traités sont porteurs de thématiques :

 

Après le traitement de la Peur dans Batman Begins , infligé à Bruce via les chauve Souris, retourné contre les criminels par la création du symbole qu'est Batman, puis par l’Épouvantail via son gaz hallucinogène
Après le traitement de la Folie dans Dark Knight , du Joker, de Harvey Dent et de la population de Gotham y cédant par panique..
Dark Knight Rises propose celui de la Souffrance..

Celle de Bane née dans une prison et grièvement blessé, qui donne une légitimité à son masque et en s'exprimant d'une voix brisé et rauque.
Celle de Selina Kyle, par un background lié à la précarité qui a fait d'elle une criminelle (et une prostitué dans le Comics Year One).

Son cynisme, son adaptabilité et sa débrouillardise n'etant que la résultante de probables épreuves passés à survivre.

Image
Ainsi que celle de Bruce qui souffre depuis toujours la mort de ses parents, d'avoir perdu son unique amour Rachel, de son corps meurtri de ces quelques années à sauter du haut des toits..

Et pour parachever, Il remet son costume pour se faire littéralement "briser" par Bane, qui d'ailleurs se demandait ce qui casserait le plus rapidement, sa volonté ou son corps.
Image
Image

Il est à noter que dans cette épisode, Batman est sur-exposé en pleine journée afin de déconstruire tout ce qui faisait de lui un mythe urbain..
Image
Puisque toute sa mise en scène et tout ses artifices qui marchait sur la voyoucratie sont inutile contre un Bane initié, Batman n'est plus qu'un homme déguisé.

 

La force de cette trilogie aura été de ré-créer la mythologie du personnage,
Mais aussi de faire se chevaucher et se rejoindre les sous intrigue avec cohérence :

Bane et Talia, héritière de la Ligue des Ombres prouvent à quel point celle ci fut tentaculaire et à quel points ses adeptes sont plongés dans un fanatisme absolu.
(Car à n'en pas douter, c'est une mission suicide.)
Ra's Al Ghul apparaissant dans l'hallucination de Bruce, appuie une ultime fois sa symbolique d'immortalité.

Quand au puits il fait écho à celui de son enfance, révélateur de sa peur, de sa force mais surtout de son inébranlable volonté hérité de son père..

Image
Image"Pourquoi tombons nous Bruce ? pour mieux nous relever..".

L'ascension représente cette dernière quête initiatique, c'est lorsque que les chauve souris s'échappent de la faille comme dans la grotte du manoir que Bruce peut enfin redevenir le Batman..


Mais cette épisode fait aussi suite aux mensonges enfouis qui ont occasionné multiples dégâts collatéraux..
- Bruce ment à son entourage en disparaissant 7 ans et devenant Batman,

- Henri Ducard ment sur sa véritable identité qu'est Ra's Al Ghul,

- Le Joker ment à tout le monde,
- Harvey Dent ment à la population de Gotham en se faisant passer pour Batman,
- Alfred ment à Bruce à propos du choix de Rachel,

- Gordon et Batman mentent sur ce qu'est devenu Harvey Dent,

- Bane ment aux gens en se faisant passer pour un libérateur anarchiste,

- Talia en se faisant passer pour Miranda Tate, femme d'affaire écologiste,

- Et enfin Bruce ment à tout Gotham sur sa propre mort afin de se détacher pleinement du fardeau qu'il s’était infligé.

La boucle est bouclé, les symbolismes de Begins qui s'imbriquent dans Rises ne sont peut être pas un concours de circonstances.
ImageImage

Rappelons à cette occasion, pour le clin d'oeil au personnage de Blake, que le populaire sidekick nommé Dick Grayson aka Robin/Nightwing était aussi policier auparavant..
Image
Image



Une fois de plus, Nolan dans son choix souvent critiqué, de crédibiliser un personnage de Comics, a fait pourtant des parallèles évidents et des plus pertinent aux matériaux de base..
Que ce soit Gordon en monologue sur le toit évoquant l'introduction du Joker et de son nouvel allié, dans Year One.
Image

De la conversation entre Harvey Dent et Gordon sur le toit dans A Long Halloween..
Image


Bref, des détails anodin pour le béotien, tel que le sauvetage de l'enfant de Gordon qui a probablement pu inspirer la fin de Dark Knight.
Image

Ou encore pour en revenir à Dark Knight Rises, il n'est pas déraisonnable de penser que la morale faite à Selina à propos des armes à feu..
Image

Que le personnage de Holly, la petite protégé de Selina Kyle de Year One, apparaissant plus en caméo qu'en véritable personnage secondaire dans le film..
Image

Que la retraite et la prothèse pour la jambe de Bruce..
Image

Que la relation (certes plus complexe) entre Talia et Bane ouvertement tiré de Bane Of The Démon..
Image


Que la minuscule ligne de dialogue entre le vieux flic et le Rookie, à la réapparition de Batman, soient tous des clin d'oeil aux Comics.
Image
Image
"We're here for the show, kids !"
(Au mot prêt quand même hein.)

Et que dire de la finalité du film quand on se souvient des dernieres pages de Dark Knight Return..
Image
Bruce/Batman, censé être mort.. et laisse place à la jeune génération.



Bien qu'il soit difficile de faire l'impasse sur le triste cabotinage de Cotillard/Talia au moment de sa mort, le bilan pour cette trilogie est forcement plus que positif de mon point de vue, ..
Ne serait ce que pour la réalisation et la narration qualitative de toute la saga, le respect d'un certain cahiers des charges tout en prenant le risque de fabriquer de la vraisemblance avec une histoire de Super héros.

C'est clairement ce que j'ai vu de plus couillu pour cette icône de Bande Dessiné.

Je réitère donc en disant que Nolan a fait des films à la hauteur des personnages et de l'univers Batman .
J'en redemanderais bien mais trop point n'en faut, il faut savoir conclure une aventure et c'est ce qu'il a fait avec talent.


Image

Partager cet article

Repost 0
Published by Linsky qui n'est pas chauve, sourit.. - dans Pas de PopCorn pendant la seance !
commenter cet article

commentaires

Indianagilles 10/02/2013 12:53


Juste un truc sur Cotillard : ce n'est quand même pas sa faute si Nolan ne lui a pas demandé de rejouer la scène. Je pense que c'est plus Nolan qu'il faut blamer pour avoir laisser passer ça. Où
avait-il la tête ?

Indianagilles 10/02/2013 12:46


Perso j'ai detesté et finalement, ce 3eme film gache même le plaisir du second que je trouvais déjà bien surcôté (mais sympatoche). Il ne reste pas grand chose de cette trilogie et pourtant
j'aime énormément Nolan. Tout cela est finalement fort pompeux. L'approche est différente mais je n'échangerais pas mes baril de Burton contre ceux de Nolan. Et aussi naze soient-il, les épisodes
de Schumacher avait le mérite de plaire aux enfants (sont cons ces minots). Il y a quelque chose qui pue dans l'approche de Nolan. Je comprends que ça plaise, cela dit.

Titus 05/01/2013 22:19


Excellent, j'ai lu pas mal de comics sur Batman, mais ma mémoire n'étant pas aussi vive que la tienne je n'ai pas vu tout les rapprochements avec le matos d'origine ^^


J'ai apprécié ce film pour les même raisons mais je regrète peut ête un peu de ne pas avoir été assez marqué par les musiques comme j'avais pu l'être après la première adaptation ; je chipote :p