Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 15:40

Pour moi le cinéma est un art graphique. J'ai souvent du mal à comprendre pourquoi bien trop de films gardent un aspect visuel lisse et propre. En fait si je sais pourquoi, pour ne pas choquer leur public. Pour les rassurer et leur montrer un monde "normal" question d'être sur qu'un maximum de personne aille voir le film et qu'il rapporte donc beaucoup. Pourtant la plupart des films ne nous montrent pas un monde normal. La plupart des histoires exagèrent la réalité par exemple les comédies sentimentales dans lesquelles il arrive en quelques jours les histoires d'amour qui normalement nous arrivent en quelques mois voire années,. Pourquoi alors leur donner un aspect graphique réaliste.

Le choix d'un aspect graphique réaliste ne me gène pas dans le cinéma social, qui lui à pour but justement de nous mettre en face de la dure réalité de la vie. Je ne reprocherais jamais ce genre de choix à en Loach par exemple. Mais même lui se permet quelques folies pour rendre ses histoires plus supportables.



Le travail sur la lumière, les couleurs ou le choix des cadrage joue beaucoup sur l'immersion dans un film. Et je ne peut m’empêcher d'être agacé par les nombreux films qui ne font pas cet effort, ou qui font des films visuellement trop propre. Simplement parce que le cinéma permet de faire mieux.

Certains réalisateurs l'ont bien compris, un des plus bel exemple étant Wes Anderson dont le travail graphique est reconnu de tous. Et dont la composition de ses plan ne laisse rien au hasard et me donne une excuse pour caser un chaton dans mon article .



La où ce manque de travail graphique m’énerve le plus c'est dans les univers fantastiques. Car l'univers étant imaginaire, c'est justement le bon moment pour se lâcher. J'aime par exemple le cinéma de Guillermo Del Toro pour son travail visuel facilement reconnaissable. Et surtout pour ses choix de couleur et de cadrage qui rendent incroyable l'ambiance de tout ses films.



Ce n'est pas le seul réalisateur qui sais travailler ses visuels. Même quand il bosse sur un blockbuster servant surtout à vendre du produit dérivé comme Batman V Superman Dawn of Justice, Zack Snyder n'oublie jamais de faire un gros travail graphique sur l'iconisation de ses personnages pour que le film ai vraiment une patte visuelle qui le rende tout de suite reconnaissable et fera que l'on pourra l’apprécier pour son travail graphique même si le film est moyen.



Et j'avais déjà parlé dans ces colonnes du travail graphique de Gareth Evans sur The Raid 2 qui montre qu'un film d'action n'a pas besoin d'explosion en série pour être visuellement impressionnant.



Pour revenir à des films plus anciens, j'avais été bluffé par Speed Racer des Watchowski. Dont le travail visuel totalement fou et loin d'être gratuit fait de ce film une merveille de narration pour ceux dont les yeux n’auront pas fondus sous tant de couleur vives. Ne serais-ce son introduction géniale où tout les personnages et les enjeu sont présenté durant une course (il a fallu la sortie de Pacific Rim pour avoir a nouveau une introduction d'une telle qualité) là où n'importe que autre film aurais mis ses explication avant ou aprés avec un montage tout mou.



Et ma découverte du fantastique Suspiria de Dario Argento, m'avais bluffé pour utilisation géniale des couleurs. Et pour être l'un des rares films d'horreur a rendre les mort de ses victimes comme étant de vrai œuvres d'art.



Bon mais là depuis le début je ne parle que de films étrangers. Parce qu'en France, on met rarement en avant les réalisateurs qui font un effort sur le rendu graphique de leur film. Seul le duo Jean Pierre Jeunet et Marc Caro on été vraiment mis en avant quand j'étais ado. Et leur films ont d'ailleurs largement participé a mon amour de ces esthétiques fortes (bon et il faut dire aussi que Marie-Laure Dougnac à été l'un de mes amours fantasmé d'adolescent).



J'aime aussi le cinéma de Christophe Gans qui fait lui aussi des efforts sur l'esthétique même si la moitié des films qu'il a fait ont été fait avec des budget étranger à cause du système de financement français.



Quel ne fut pas ma joie quand je suis tombé par hasard sur la bande-annonce d'Evolution de Lucile Hadzihalilovic. Cette bande-annonce m'a scotché par sa beauté graphique. Et en plus ça semblais être un film d'horreur, genre que j'affectionne particulièrement.



Et le film d'horreur c'est rare en France, les système de financement français font qu'en général il est très dur d'avoir les moyens d'en produire (là où produire des comédies racistes et sans finesse comme Qu'es-ce qu'on a fait au bon dieu est facile). Perso je n'en ai vu que deux jusqu’à présent (bon même si j'en connais d'autres de nom comme Goal of The Dead ou Djinns).

Baby Blood qui est un film gore moyen (donc un coté horreur assez léger malgré une ou deux scènes perturbantes, c'est plus un films fun et cathartique où l'on prend plaisir à voir Alain Chabat se faire trucider). Bref c'est amusant mais finalement assez peu de scènes m'ont marqué visuellement.



Et le bien plus réussi Saint-Ange qui d'ailleurs fait parti de ses rares films français qui font un bel effort esthétique. Tout en ayant une histoire intéressante (d'ailleurs j'ai toujours trouvé que le film espagnol L'Orphelinat s'était franchement inspiré de ce film malgré un travail graphique différent), ce film développe une ambiance réussie et arrive a faire des scènes simple mais choquante (les premières minutes du film posent vite le ton).



Bref j'espérais donc qu'Evolution se rapprocherais plus de Saint-Ange que de Baby Blood.

Heureusement pour moi, c'est le cas. En fait mieux, c'est un expérience différente et assez surprenante.



Mais avant d'en parler, j'aimerais vraiment revenir sur le principal défaut d'Evolution. Son rythme. Si vous ne supportez pas les films lent n'allez pas le voir. Je pense être quelqu'un qui résiste assez bien au films lent et j'ai réussi à m'ennuyer par moment. Pourtant ce n'est pas grave.



Car Evolution c'est avant tout une expérience visuelle et sensorielle hypnotique. Durant tout le film j'attendais chaque plan avec impatience, sachant que mes yeux allaient se régaler de leur beauté esthétique. Sorti du film j'avais envie de le revoir, malgré l'ennui que j'ai ressenti durant la séance, à cause de cette incroyable beauté graphique appuyé par des bruitages et une bande-son utilisé de manière intelligente accentuant toutes les sensations.



Bon et puis j'avoue que l'histoire lovecraftienne fait plaisir à voir au cinéma. Le film se passe sur une ile où des enfants accompagné de leur mère suivent un traitement médical inquiétant. L'histoire en soit est simple mais c'est tout le travail de suggestion via l'image et les bruitage qui fait que ce film vous reste en tête après la séance. En plus c'est l'un de ses rares films d'horreur qui à compris que le gore n'est pas nécessaire pour être perturbant, pour mettre ma à l'aise. Le film sais rester subtil et les choses les plus horribles ne nous sont pas montrées mais suggérée, laissant notre imagination faire le reste par rapport à toutes les suggestions morbides que le film nous montre.



Je regrette d'ailleurs un peu de n'avoir pas pu trouver certaines images impressionnantes par leur beauté graphique du film (comme ce plan d'un mur sur lequel coule l'humidité de la pièce) pour illustrer cet article, les images de promo étant assez rares.

D'ailleurs le film à clairement conscience de sa beauté graphique, les rares texte apparaissant à l'écran durant le générique de début et de fin se font d'une discrétion et d'une sobriété que l'on voit rarement au cinéma. Et ça fait du bien.



C'est donc un film que je ne peut que conseiller d'aller voir, malgré ses défauts. Surtout qu'il est très très mal distribué par les cinémas (une dizaine de salle en France si j'ai bien suivi).

Partager cet article

Repost 0

commentaires