Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 21:18

La série Resident Evil

Dans un de mes précédents articles, je vous ai parlé d'une de mes série préférée, Devil May Cry. Mais cette série de jeu n'aurait jamais vu le jour sans une grande série de Capcom, Resident Evil (ou Biohazard pour ceux qui préfèrent le titre japonais).

Deux petites remarques vis a vis de cet article. Tout d'abord je vais parler que des épisodes de la série principale (c'est a dire les épisodes numérotés) a l'exception d'un seul, le "gaiden" Code Veronica, les guillemets ne sont pas là pour rien car cet épisode n'est pas vraiment un gaiden, mais il ne porte simplement pas de numéro (bien qu'il soit d'une certaine façon le vrai Resident Evil 4).
Ma deuxième remarque concerne ma vision de la série. La série a souvent été classée comme Survival Horror, mais seul deux épisodes méritent vraiment cette appellation, les épisodes 1 et 0. Les autres comportent bien trop de munition et item de vie pour mettre une pression au joueur (a moins qu'il soit facilement impressionnable), mais sont de bon jeux d'aventure-action dans le cas des premiers épisodes, ou des jeux d'action pure dans les deux derniers. Si vous voulez un vrai Survival Horror, jouez plutôt a Project Zero 2...

Resident Evil



Le premier opus de cette série et le plus reconnu a pour moi un histoire particulière, pas parce que c'est le premier jeu du genre que j'ai joué (contrairement a pas mal de fan de la série), mais parce qu'au contraire je l'ai découvert tardivement (Code veronica venait de sortir au Japon, et j'avais déjà joué a RE 2 et 3).
J'ai donc un regard un peu différent sur ce jeu.

Ce jeu a comme grande qualité d'avoir démocratisé l'ambiance horreur dans le jeu vidéo console (car sur PC Alone In The Dark, ou The 7 Guest avait déjà fait le boulot). Quand je dit ambiance horreur, je ne pense pas a la peur, mais a cette ambiance de film de série B des années 70-80 qui par leur grande qualité arrivaient a dépasser des films considéré auparavant comme honorable (je pense entre autre au premier Alien qui était considéré par ses producteurs comme un simple film de série B, ou a The Thing de Carpenter, deux films devenus culte de nos jours).
Car RE c'est ça, un jeu qui ne paye pas de mine (cinématique d'intro kitschissime, décors moches, musique assez moyenne), mais tellement bien exploité qu'au final l'expérience reste marquante pour qui n'a pas connu avant ce genre de jeux.



L'histoire est simple, des membres d'une unité d'élite de la police de Racoon City mènent une enquête sur des disparitions dans la forêt de Racoon. Malheureusement quand ils arrivent ils sont attaqué par des chiens et forcés de se réfugier dans un mystérieux manoir. Un bon petit scénar de film de série B en somme. C'est donc pour ça que je ne parlerai très peu du scénar de la série dans tout cet article (d'autant plus qu'il est facile de se le spoiler n'importe ou sur le web), surtout qu'au final c'est surtout l'univers autour de ces histoires qui rend la série si attachante).

Mais bon ce n'est pas l'histoire qui fait la force de ce jeu, mais sont ambiance et son gameplay. Jouant sur des décors en 3D précalculé, le jeu jouait des angles de caméra a la façon d'un film d'horreur, le tout accentué par une musique dans le même esprit. Et ça pour les joueurs consoles, c'était du jamais vu (les joueurs PC avaient Alone In The dark depuis longtemps). On peut donc imaginer l'impact que ce jeu a eu sur les joueurs console, pour qui l'un des plus grand moment de flippe cinématographique vécu jusqu'à présent était l'intro de Super Metroid...



Le gameplay accentuait le stress grâce a une maniabilité assez novatrice pour l'époque permettant de toujours se retrouver malgré les angles de caméra (bien que très vite dépassé par d'autre jeux, et devenant une des plus grosse tare de la série aux yeux de beaucoup de joueurs par la suite). C'est simple, la touche haut fait avancer le héros dans la direction a laquelle il fait face et il peut pivoter a gauche ou a droite avec les touches gauche et droite. Comme ça qu'importe l'angle de caméra auquel on a le droit, on sait toujours dans qu'elle direction le héros va avancer. Cette maniabilité est par contre assez imprécise en apparence (les changements d'angles peuvent être perturbant), mais il suffit de voir le grand nombre de speed run qui pullulent sur internet pour se rendre compte de son efficacité. L'autre point intéressant de cette maniabilité, c'est la gestion des tir. Le joueur doit faire un choix, car il ne peut pas bouger et tirer. Se défendre contre un ennemi, c'est donc prendre le risque qu'il nous atteigne si on le loupe. Et dans le premier RE, cela est un gros risque car contrairement aux épisodes suivant le lock n'existe pas (il apparaitra dés la version Director's Cut, ainsi qu'une intro non censurée pour l'Europe).

L'autre grande qualité du jeu est sont fantastique level design. Pensé pour faire stresser le joueur, le manoir est une vrai torture a traverser. Beaucoup de salles ne servent a rien, faisant perdre du temps et prendre des risques inutiles au joueur (d'où l'essence même du survival horror) et le forçant a apprendre quasiment par cœur l'ordre de visite du manoir si on veut le finir avec Chris. On notera l'astuce géniale pour l'époque de masquer les temps de chargement par des ouvertures de porte (astuce qui énervera plus tard lorsque ces animations seront devenu facultatives, mais toujours imposées au joueurs).

Car oui le jeu ne comportait pas de niveaux de difficulté (enfin avant la director Cut's si j'ai bonne mémoire), mais le choix entre deux personnages a l'histoire légèrement différente et qui représentaient chacun un challenge différent. Jill aura son histoire lié a son collègue Barry Burton et en grande partie grâce a lui aura un jeu plus facile, tandis que Chris aura des démêlés avec une survivante d'une autre unité de la police Rebecca Chambers (mon perso favori de la série soit dit en passant) qui lui compliquera plutôt la tache. D'ailleurs en parlant de difficulté, le système de sauvegarde était aussi pensé pour faire stresser le joueur, le nombre de sauvegarde étant limité on est toujours dans la crainte d'en avoir trop fait, nous forçant a avoir une vrai prise de risque si on veut finir l'aventure (on est bien loin d'un Dead Space avec ses respawn tout les 2m).

De plus ces deux histoires pourront changer a certains embranchement clé (et dur a définir si on a pas fait le eu 4 ou 5 fois, contrairement a beaucoup de jeu a embranchement ou il y a de gros panneaux" ici embranchement scénaristique").

Le jeu avait plusieurs bonus a débloquer sous certaines conditions (nouveaux costumes, armes plus puissantes) et était clairement pensé pour le speed run (comme quasiment tout les épisodes de la série). Pour info les pseed run les plus rapides se font au couteau (sans aucune arme a feu) sur ce jeu...prendre des munitions fait perdre trop de temps.

Il est ainsi logique que le jeu ai bien marché et soit devenu culte.
Et comme Capcom aime faire facilement des sous, il a sortie une tonne de version du jeu (et je citerai en général pour cet épisode ou les autres que les versions auxquelles j'ai joué).

Tout d'abord la version Director Cut citée plus haut. Déjà elle possède un niveau de difficulté plus facile, mais aussi le mode director cut's avec une difficulté rehaussée et des angles de caméra différents (et parfois un peu bidon d'ailleurs). Niveau maniabilité une option de lock salvatrice apparaitra rendant le jeu supportable a ceux qui l'on découvert sur le tard (comme moi en somme). Enfin de nouveaux costumes sont a débloquer. Ha oui et la cinématique d'intro n'est pas censurée en version européenne (par contre elle a l'air ainsi beaucoup plus kitsch... ). Le jeu était fourni avec une démo de RE 2 qui avait plusieurs différence avec le jeu définitif (par contre il est plus abouti que le célèbre Resident Evil 1.5).

Une version en apparence très proche de la Director Cut est sortie sur DS., nommée Deadly Silence (pour l'abréviation DS...) Console Nintendo oblige (c'est gratuit envers Nintendo, je le sait), l'intro est de nouveau censurée. Le jeu original ainsi que son mode facile est conservé. Par contre le mode DS est rajouté, demandant une utilisation plutôt intelligente de la console (combat spéciaux au couteaux/stylet, faire du bouche a bouche en soufflant dans le micro, ...) et changera légèrement le level design. La maniabilité sera amélioré avec un couteau qui se dégaine a la RE 4, libérant au passage un slot dans l'inventaire. Par contre on a le droit a une perte graphique sur les détails des zombie (ils sont moins détaillé et plus générique, par contre leur textures sont moins baveuse), et le jeu est simplement moche pour de la DS. On a le droit aussi dans les bonus a débloquer, a une arène au couteau/stylet dans laquelle on affrontera les différents boss du jeu et pas mal de vague d'ennemi ainsi qu'un mode deux joueurs (mais étant tout juste capable de terminer les RE, je n'ai jamais pu les essayer). Cette version reste pour moi ma préféré, nettement plus fun que les autres (et montrant par la même que ce n'est pas le coté survival qui m'intéresse dans la saga). Et puis c'est le seul Resident Evil Old School ou on peut zapper les animations des portes.

La version considéré comme la meilleure (et objectivement la meilleure d'ailleurs) est le remake gamecube. Disons le franchement, ce jeu est l'exemple même du remake de jeu parfaitement réussi.



Déjà graphiquement il est superbe (bien que moins que l'épisode 0 qui sortira peu de temps après). Ensuite le level design a bénéficié d'une refonte en profondeur vraiment bien pensée quelqu'un qui n'a pas fait le jeu original ne s'en rendra pas compte, mais le level design est pensé pour piéger les joueurs ayant trop l'habitude du premier opus (entre autre la deuxième moitié du jeu montrera bien au joueur que les portes temps de chargement sont devenues inutiles). De plus de nombreuses énigmes ont été revue et de nouvelles sont apparue. Une nouvelle bestiole bien pensée a été rajouté au bestiaire accentuant le coté Survival du jeu. La BO a été retravaillée avec une qualité sonore largement améliorée. Pas mal de nouvelles fins et de nouveaux bonus sont apparu (le mode monstre invisibles pour ceux qui veulent de vrai frayeurs...).Et le jeu est nettement plus long.



En gros si un épisode de la série dans l'esprit survival doit être fait, c'est sans aucun doute celui là.

Resident Evil 2

 

Fort du succès du premier épisode, Capcom décide alors de faire de sa série un vrai blockbuster. Après une version test non concluante (la fameuse version 1.5), Capcom se décide enfin pour ce que sera RE 2. Nettement plus grand public (a l'image d'un Aliens vis a vis du premier), mais aussi avec une réalisation au top de ce que pouvais faire les graphistes avec la console a ce moment là.



C'est le premier épisode auquel j'ai joué et sans contexte l'un de mes préféré. Sans doute le meilleur a mon avis pour aborder les épisodes old school. Le jeu est dur, mais pas trop (l'intro et le premier tier du jeu contient juste ce qu'il faut de munition pour que l'on stresse sans vraiment courir de gros risques). Plus linéaire que le premier, le scénario n'est modifié que par le héros avec lequel on commence l'aventure. Et la difficulté entre les deux aventures varie de façon quasi négligeable.



Une idée sympatoche est qu'une fois le scénar d'un perso fini, on doit faire le scénar de l'autre mais modifié par les action de notre première aventure. Par contre les modifications sont surtout d'ordre scénaristique (et aussi au niveau des boss plutôt différents, entre autre Mr X qui nous poursuit de façon scrypté tout le long du jeu), le gros de la structure du jeu ne bougeant pas beaucoup. Ce qui rend le jeu bien plus long.
En parlant de la durée de vie, sous certaines condition on peut débloquer un scénar caché (l'ancêtre des modes mercenaires des jeux récents), lié a un mercenaire d'Umbrella, Hunk (et une variante avec un morceau de tofu géant le remplaçant...).



Mais ce qui fait la grande force de ce jeu est clairement son bestiaire grand spectacle avec une tonne de monstre tous plus cool les uns que les autre et donnant vraiment envie de se mesurer a eux (et vue la galerie de boss du jeu, il y a vraiment moyen de se faire plaisir). Et comme dans la deuxième moitié du jeu les munitions tombent a foison on peut se concentrer sur les combats. Par contre cela tue totalement le coté survival du premier ce qui lui vaudra la critique de certains joueurs. Enfin c'est clairement une conséquence du coté blockbuster de l'épisode. Une autre conséquence est la BO géniale pour l'époque (et même encore aujourd'hui elle reste très bonne).



Plusieurs versions du jeu sont sortie, mais les changements sont tellement mineurs que je ne voit pas l'intérêt d'en parler.



Resident Evil 3 Nemesis

Développé par Eidos (boite qui fait (faisait, je ne sait plus trop depuis la fusion avec Square Enix) entre autre les Tomb Raider), et épisode est assez particulier. Et personnellement je ne l'accroche pas. Mais c'est loin d'être un mauvais jeu.



A cause des critiques sur la perte du coté survival du premier, Eidos choisi de tenter de l'accentuer, mais sans trop monter la difficulté pour ne pas dégouter le joueurs du 2.



Le jeu est donc plus dur que le deux, mais pas tant que ça. Sa difficulté principale viens du fait que l'on est poursuivi par un monstre invincible (enfin tant qu'on a pas débloqué des armes cachées), le Nemesis. L'autre grosse difficulté (qui donne une très bonne replay value a l'aventure principale, par ailleurs) est que les évènements sont semi scrypté. Pour être clair, il y a plusieurs endroit ou des monstre ou le Nemesis peuvent surgir, mais leur apparition dépendra de deux éléments, les actions du joueur (choisir de visiter tel ou tel bâtiment en premier par exemple, mais aussi lors de séquence de choix d'action en temps limité) et un choix totalement aléatoire de la machine. Cela rend le jeu relativement imprévisible a chaque partie et renforce le coté d'insécurité du jeu.
Du moins au début. Très vite on est trop armé pour que les ennemis nous fassent peur, et on grille assez vite les conditions requises pour que le Nemesis nous lâche lors de ses apparitions aléatoire, sans compter qu'a force de le rencontrer trop souvent on grille comment lui échapper facilement aussi (bien qu'il faudra revoir un peu notre méthode dans la seconde moitié du jeu).

Ah oui j'oubliais, si les musiques sont clairement oubliables, les graphismes du jeux font parti des plus beaux jeux de la console (au coté de Parasite Eve 2 et Dino Crisis 2 pour citer des jeux proches techniquement).



D'autre bons rajouts ont été fait, comme la possibilité d'esquiver les attaques ennemis (rendant le jeu plus facile une fois qu'on a trouvé le truc), d'améliorer ses munitions (rendant le jeu plus facile si on fait des super balles de pistolet et de fusil a pompe...) et d'interagir avec le décor. Enfin le mode mercenaire apparait dans une version quasi définitive, que l'on retrouvera a partir de ce moment dans tout les autres épisodes de la série.

Bon maintenant, là ou le bat blesse, c'est dans l'immersion. Déjà le scénario est une redite de celui de Resident Evil 1 sur de nombreux points. Le Nemesis et juste une version boosté de Mr X. Le bestiaire n'a que peu de lien avec celui de RE 2 alors que le jeu se passe dans la même ville et quasiment au même moment. Une astuce pour forcer artificiellement la replay value du jeu est que pour avoir l'histoire complète du jeu il faut le finir 7 fois et ce pour avoir juste 7 pages de texte assez optionnelles en fait (enfin elles préparent surtout a RE 4 et feront que nous n'aurons jamais de réponse sur le destin du personnage de Sherry Birkin).



Donc en résumé un jeu avec de super idées de gameplay, mais qui est assez foireux sur d'autres points, principalement dans l'immersion dans cet univers.

Comme le 2 d'autres versions sont sorties, mais malheureusement les changements son bénins.

Resident Evil : Code Veronica

Bon alors annonçons le tout de suite, cet épisode est pour moi le meilleur des épisode Old School. Tout d'abord pensé pour être un remake du deuxième épisode sur Dreamcast (l'une des plus grande console jamais sortie pour les gamer, et pourtant l'une de celle qui s'est le moins bien vendue...), très vite il deviens le Resident Evil 4 au yeux de beaucoup de joueur (du moins avant la sortie de ce dernier ).



Pourtant plusieurs chose font que les chose commence assez mal pour le jeu. D'abord les graphismes. Car c'est le premier épisode de la série en full 3D (principalement a cause de quelques scènes de sniper) et malheureusement ce ne fut pas un gain. Les décors sont moins beau au niveau du rendu que RE 3 et la palette de couleur choisie fait que le sang a l'air presque fluo. Les angles de caméra ne rendent pas honneurs aux splendides monstres du jeu (un mode vue subjective permettra par contre de se rendre compte de leur beauté plus tard). Enfin et c'est le plus grave, le jeu ayant été développé sans concertation avec l'équipe d'Eidos qui a réalisé le 3, toutes les améliorations de gameplay du 3 ont disparu a l'exception des interaction avec le décor (maintenant limitées par contre au tir sur tonneaux explosifs) et du retournement rapide (dont j'avais oublié de vous parler dans la partie sur le 3).



Alors pourquoi est-ce mon épisode préféré dans ce cas. Tout d'abord car il a l'un des meilleurs scénar de la série avec des personnages nettement plus travaillé (d'ailleurs je dirait même les mieux travaillés de la série), et ils sont superbement mis en valeur par des cinématiques ayant une bien meilleur mise en scène que les autres épisodes grâce au décors full 3D (et je ne parle pas des magnifiques vidéo comme l'intro du jeu). Ensuite si jeu reste dur (si les munitions sont suffisante pour tuer l'intégralité des monstres du jeu, il faudra éviter de s'acharner sur certains monstres avant des moments précis si on veut pas se retrouver a court), il reste en dessous du premier RE et donc ne force pas a connaitre par cœur l'intégralité du jeu. Le bestiaire est du niveau de celui du deux et blindé de boss (contrairement au 3 ou les deux seuls boss étaient le Nemesis et un vers géant). La bande sont même si elle est plus inégale que celle du 2, possède de loin les meilleurs morceaux de la saga. Le jeu est aussi super long et son level design très bien pensé (la seconde moitié du jeu réutilise super intelligemment les décors tout en en insérant pas mal de nouveaux).



Bon peut de chose a rajouter si ce n'est qu'une version X (oui je sait on croirais que je parle d'un film X, mais pas du tout, c'est juste que le mecs de Capcom ont du se dire que ça faisait plus classe comme ça). Qui rajoute et modifie des cinématiques sur l'antagoniste principal de la série pour le mettre plus en valeur pour les fan (il fait maintenant jeu égal avec le grand méchant du jeu alors qu'avant ce dernier l'envoyait valser comme un fétu de paille...). Si dans l'ensemble cela ne change pas grand chose au jeu, cela nuit a la fin car quand on affronte un boss avec un chrono de 5 min avant l'explosion d'une base et qu'après le combat une cinématique de 15min est rajouté, sachant que la base explose qu'a la fin de cette cinématique ,bonjours l'immersion. Et puis le méchant défiguré qui retrouvera un visage normal dés l'épisode suivant sans aucune explication (bon en tant que gentil fan ou va dire que c'est le sérum qui le soigne comme ça). Cette version reste a conseillé pour ceux qui veulent découvrir la série (car comme le 2 et le 3 elle a été porté sur gamecube, et donc est compatible avec la wii) mais a cause de son scénar faisant suite directe a RE1 et 2 il vaut mieux les avoir fait pour en profiter pleinement.



Resident Evil 0



Après Resident Evil 2, Capcom avait lancé un projet Resident Evil 0 sur Nintendo 64, mais l'avait abandonné pour diverse raison. Quand Capcom c'est aperçu de l'engouement autour de l'annonce du remake de Resident Evil 1 sur Cube, il a vite ressorti ce projet de ses carton (surtout que le jeu était très avancé quand il a été abandonné) et l'a porté sur cube avec le moteur du remake de RE1.

Mais ce fut une déception. Le jeu est loin d'être mauvais. Mais comparé au remake du 1, il fait pale figure. On sent simplement que Capcom n'avait pas fait autant d'effort que ce que l'on attendais.



Ce RE 0 partait avec pas mal d'atout dans ça manche. De superbe graphismes (le moteur du remake ayant été pas mal amélioré, surtout en ce qui concerne le rendu des perso). Un nouveau gameplay fonctionnant assez bien et faisant gérer 2 perso au joueur dans deux section différentes du jeu. Un gameplay en normal encore plus survival que le remake (le nombre ridiculement absurde de balle force le joueur a faire prendre beaucoup de risque a son deuxième perso pour mettre les monstre dans une situations ou il peuvent être automatiquement tué en un tir critique. Une bande sont super bonne dans le genre vraiment flippant. Et pas mal de fan service (et vu comment les fans attendait ce jeu, c'était bien vu par Capcom), d'autant plus que le jeu promettait de raconter les origines du virus et d'Umbrella.



Mais déjà ce fan service est mal foutu et en fait le jeu est plus handicapé par celui-ci qu'autre chose (le passage devant l'entrée du labo de RE 2 est l'exemple type d'un fan service foireux). Ensuite la difficulté lié au coté survival et utilisation du partenaire en combat demandait beaucoup d'essai et avait largement de quoi décourager les joueurs moyen (ou les faire jouer en facile, qui est par ailleurs vraiment trop facile, par frustration). La bande son est parfois très mal exploité (le morceau le plus perturbant du jeu est utilisé dans une petite section totalement secondaire du jeu, c'est con quand même). Et enfin le jeu est court et se termine sur une sensation d'inachevé. Si le combat final est réussi, le boss apparait bien trop soudainement a un moment ou l'on s'attend a avoir au moins une ou deux bonnes heures de jeu...



Et puis il y a ce scénar sensé répondre au questions qui ne le fait qu'a moitié (voire au tier...), il faudra attendre RE 5 pour avoir vraiment les réponses a ces questions.

Dommage car plusieurs élément sympa son présent dans le jeu (le bestiaire entre autre, bien que la disparition des Crimsons Head du remake, se fasse grave sentir), et surtout la présence de Billy Coen, sans doute le perso le plus charismatique de la série (dommage qu'il fut totalement oublié par la suite), accompagné par la jolie Rebecca Chambers (oui je l'adore vraiment ) avait de quoi facilement plaire au joueurs.



Enfin toute les critiques pointaient du doigt le plus gros défaut du jeu, sa maniabilité générale quasi inchangé depuis le début de la série alors que de nombreux jeu en avaient une bien meilleure (comme Silent Hill ou Project 0).

Resident Evil 4

Pendant plusieurs années, la série va commencer a se chercher. Et le 4ème épisode va passer par pas mal de préversion (celle du fantôme avait l'air bien cool quand même). Entre autre cela donnera naissance a la série Devil May Cry. Mais avec le retour de Shinji Mikami aux commande de la série qu'il avait créé, une énorme surprise nous arriva.



Exit le jeu d'action aventure. Place a l'action pure dans un univers d'ambiance film d'horreur-aventure (un mix ente le village des damnés, the thing, indiana jones et james bond). Et place a la démocratisation du genre Third Person Shooter (représenté actuellement par des jeux Comme Gears Of War, Lost Planet ou Vanquish).



Le jeu innove sur pas mal de point. Déjà car c'est le premier Resident Evil avec une vue a l'épaule (et contrairement a Veronica ou la full 3D était pas top a voir, ici, le moteur graphique du jeu est juste fantastique) très immersive et permettant de garder la même maniabilité de déplacement de la série sans que ses réfractaires ne s'en rendent compte (combien de personnes m'ont dit qu'on ne se déplaçait pas de la même façon alors qu'on est encore limité par ne pouvoir pivoter qu'a gauche et a droite, sans pouvoir tourner brutalement, ne possédant que le très efficace retournement rapide a la RE 3). ce changement d'angle de vue va permette aussi quelque chose de nouveau choisir précisément sur quoi on tire. Certes on ne peut toujours pas bouger et tirer, mais maintenant on peut viser des emplacements précis et le gameplay combat s'en trouve amélioré dans le sens le plus important, le sens ludique.

Tirez dans la jambes d'un ennemis et il tombera a genou, occasion de lui placer une action contextuelle et de lui faire un german souplex. L'utilisation de ces actions contextuelles ne se limitera pas seulement au combat, mais fluidifieront la maniabilité. Une barrière vous gène. Hop une petite action contextuelle et vous l'enjambez. Vous voulez sauter au travers de la fenêtre (action très courante dans ce jeu blockbusterisé a l'extrême), hop action contextuelle). De même de nombreuses interactions avec le décor forcerons le joueurs a bien viser. Mines présente dans le décors, pièges a loup, mais aussi enigme a résoudre et trésors a récupérer.



Les trésors auront leur importance car un mystérieux marchand (sans aucune explication scénaristique claire, faisant hurler les puristes au début, puis ces mêmes puristes se plaindronts avec la sortie du 5 et de son magasin entre les chapitre sans vendeur, ironie, quand tu nous tiens...) apparait et en les lui revendant on pourra acheter différentes armes ou les améliorer.

Enfin des QTE sont abondamment utilisé pour garder un stress constant même dans les cinématiques (combiens de joueurs sont mort connement en ayant posé la manette trop tôt). Et du stress il y en aura vu les immense vagues d'ennemi que le joueur devra repousser. Car le bestaire est lui aussi une grosse (et même trés grosse réussite). Totalement renouvellé pour les besoins du gameplay. Les monstres sont plutôt varié et intéréssant a combattre. De la même façon de nombreuse épreuves variées mettrons les nerf du joueur a rude épreuve, surtout que les environnement rencontré sont eux aussi variés.

Bizarrement malgré ça le jeu est plutôt facile. Et on est définitivement plus la proie, mais le chasseur. Et le système de sauvegarde et de respawn fait que la mort n'est plus vraiment grave.



Par contre cela a un défaut. Cette sorte de grand parc d'attraction superbement mis en scène par ses magnifiques cinématiques, perd en crédibilité (et pas en ambiance) ce qu'il gagne en fun. Plusieurs joueurs seront ainsi choqué par de nombreux choix (pourtant pas plus absurde que certains pièges des anciens RE) comme la présence de nombreux passages indiana jonesques (les mines entre autres) ou du coté définitivement décontracté du héros (on a quaisment jamais l'impréssion qu'il risque quelque chose). Sans parler de ses séquences ou l'on croise des perso qui ne sont là que pour être tué (les deux policiers, le pilote de l'hélico). Le coté action fait aussi que le jeu est totallement linéraire contrairement aux autres épisodes de la série (on perd quasiment tout le coté exploration).



Cela n'empèche pas le jeu d'être encore une fois vraiment taillé pour les speed run (et d'ailleurs les superplay en tout genre).

Enfin le scénario n'a simplement aucun vrai lien avec le reste de la série. Et il est fin comme une feuille de papier (sans doute le plus simple de la série), utilisant tout les gros archétypes de blockbuster. Ce qui explique pourquoi beaucoup de fan de la première heure n'ont pas aimé ce jeu.

Mais sans hésiter c'est l'un des meilleurs épisodes de la série au coté du remake du 1 et de Veronica. Et le scénar est compréhensible sans avoir fait aucun autre épisode de la série.

 

Resident Evil 5

Aprés RE 4 les joueurs en voulais plus. Malheuresment tel Metal Slug 4 ayant eu le malheur de sortir aprés le 3, Redient Evil 5 déçu beacoup de joueur qui ne se rendirent pas compte du trés bon jeu auquel il pouvaient jouer.



RE 5 n'est "qu'un bon jeu" là ou RE 4 a eu un statut culte de façon quasi instantanée.

Pourtant il est loin d'être un mauvais jeu. Assumant pleinement le coté action du 4, RE 5 se veut une conclusion épique de l'histoire commencée par les RE Old School et que le 4 avait ignoré abrutement.
L'ambiance vise donc moins le fun et se veut bien plus sérieuse, plus sombre. Et pourtant on retrouve le même gameplay général du 4 mais avec plein d'action contextuelle en plus, plein d'arme en plus...



Par contre s'il y a un truc qui n'est pas en plus, c'est la longueur du jeu. Les niveaux s'ils sont toujours aussi varié que ceux du 4, ils sont malheuresement moins nombreux. Et comme ils essaie souvent (mais pas tout le temps) d'éviter les doublons avec les niveaux du 4 (qui avaient présenté tellement de situations variées qu'il est dur d'avoir son indépendance) on a du mal a trouver le fun du 4 (normal aussi l'ambiance se veut moins fun...). Pour compenser le manque de durée de vie, Capcom a eu une super idée (et trés a la mode depuis Halo) pour donner envie de se refaire le jeu plusieurs fois : un mode Coop.



Et le jeu a été intégralement pensé autour de ça. Donnant un jeu super réussi s'il et joué a deux, mais juste bon en solo, due a une IA n'ayant que deux modes de jeu, celui ou elle gache trop les munitions et celui ou elle nous soigne trop...
Car si on excepte l'IA, les action de coop sont trés bien pensée, et plusieurs arènes de combat peuvent être passées de différentes façon (bien que l'on soit loin du coté sand box d'une arène d'halo ou de vanquish) selon comment on s'organise en tant que joueur. C'est d'ailleurs un vrai plaisir que de refaire le jeu avec un joueur qui l'a déja fait et de s'échanger les astuces sur des séquences que l'on a découvert (plein de petites action contextuelles ou de QTE cachées sont présentes dans le jeu, donnant lieu a des animations intéréssante) ou sur comment utiliser le décors pour tuer l'ennemi (on retrouve pas mal l'utilisation de plusieurs éléments de décor de RE3 pour tuer l'ennemi).

Le jeu se veut aussi trés blockbuster. Et parfois il va trop loin, sombrant dans le kitsch a cause du décalage entre son ambiance sérieuse et ses scènes aussi abusées que celles du 4 (chez qui elles passaient mieux, a cause du coté déconne du jeu). C'est dommage car a part ça le coté blockbuster permet des séquences épiques et certains combats d'anthologie. Le boss final dans le genre qui abandonne jamais ets franchement cool.

Les ennemis et les boss dans leur ensembles sont plutôt réussi, même si plusieurs d'entre eux sont des variations (que celà soit visuellement ou en terme de gameplau) de monstres du 4.



Scénaristiquement le jeu cloture la série, répondant a toute les questions sauf une (mais ou est passée Sherry Birkin ?). Un bel effort de Capcom de ce coté là.

Enfin quand je dit cloture, c'était avant l'ad-on Perdu dans les cauchemars où de nouvelles info scénaristiques ont été données permettant une forme de renaissance du grand méchant de la série (lisez bien les documents du bureau...).
En parlant des ad-ons, ceux si sont bien sympa si vous avez aimé l'ambiance du jeu, l'un la prolongeant en accentuant le coté action (et proposant un challenge plus hardu que le jeu de base). L'autre prolongeant plutôt l'ambiance film d'horreur (mais étant somme toute assez facile). Par contre comme 90% des DLC actuels ils sont trés cher et a réserver aux fans.



Et une Gold édition est sortie comportant ces mêmes ad-on. Et un ad-on permettant de jouer avec le playstation move devrait bientôt sortir sur PS3.

A noter l'existence d'une édition collector (sans les ad-on ons) mais avec un making of du jeu assez intéréssant et montrant les techniques utilisées pour réaliser le jeu (montrant aussi que le jeu était sur pas mal d epoints en avance sur le film Avatar de James Cameron).

L'avenir de la série


Peu d'info on filtré sur un vrai RE 6. A peine Keiji Inafune a pu dire qu'il voulais qu'une suite sorte vite (enfin peu de temps avant qu'il quitte Capcom et sont poste de grand chef...).

Par contre un Gaiden graphiquement surprenant (et en 3D stéréoscopique bien entendu) doit sortir sur 3DS sous le nom Resident Evil Revelation. A part ça grande ressemblance avec RE 5, dur de savoir le sujet du jeu...
Et depuis peu un Gaiden Multi (coop et duel) a aussi été annoncé. Même si là on a plutôt l'impression que c'est un jeu qui aurait du être un bonus dans Revelation...



Bon je vous laisse car je doit aller finir RE 5 avec un pote.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ray, partageur. - dans Prend ton pad !
commenter cet article

commentaires