Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 19:42

Bon si vous avez déjà lu mon article sur Contra Hard Corps, vous avez du vous rendre compte que j'aime bien les jeux d'actions. Et l'un des genre prépondérant dans le domaine de l'action c'est le Beat Them All. Pourtant ce genre a bien failli s'éteindre lors du passage a la 3D. Et si quelques jeux on tenté (la plupart du temps sans succès) d'adapter le genre a la 3D il a fallu attendre que les créateurs de Resident Evil tentent de donner du sang neuf a leur série pour que naisse enfin un Beat Them All digne de ce nom en 3D, je veux bien évidemment parler de Devil May Cry (sinon l'article n'aurait pas ce titre là, vous vous en doutez).

Devil May Cry

Premier né de la série, Devil May Cry était a l'origine la première version de Resident Evil 4 sur Playstation 2. On devait donc jouer Leon S Kennedy, infecté par un virus le rendant surpuissant et combattant des robots inquiétants dans un château (enfin c'est ce qui a été vaguement dit par l'un de ses créateurs). Bon très vite les mecs de Capcom (Shinji Mikami et Hideki Kamiya les créateurs du jeu entre autre) se sont vite aperçu de deux trucs :
Le jeu ne collait plus du tout a l'ambiance Resident Evil.
Putain que ce jeu est bon !

Ils décidèrent donc de créer une nouvelle license du jeu d'action et adaptèrent l'univers en conséquence. Léon est devenu un chasseur de démon Dante, les robots sont devenu des pantins, le château est resté un château (ben oui quand même).

Alors parlons du jeu en lui même. Dante, descendant du redoutable démon Sparda et d'une humaine Eva, est un chasseur de démon qui tient une agence nommée Devil May Cry. Un jour une mystérieuse jeune femme ressemblant comme deux gouttes d'eau a sa mère débarque avec fracas dans son agence. Après avoir testé ses pouvoirs démoniaques (en lui balançant entre autre sa propre épée au travers de son corps !), elle lui apprend que Mundus, un terrible démon que son père avait combattu autre fois est en train de renaitre sur l'île de Mallet. Et engage donc Dante pour l'accompagner et aller le tuer.

Trish et Dante ls deux héros du jeux

Bon le scénar de DMC est assez simple et s'il réserve quelques surprise c'est surement pas lui qui a fait l'intérêt du jeu. Alors qu'est-ce qui a fait que ce jeu est devenu culte pour beaucoup de joueurs (dont moi même). D'abord c'est un jeu d'action assez dur et plutôt nerveux. Le gameplay de cet épisode, s'il subit encore énormément l'influence de Resident Evil (le fait qu'il soit indispensable de maintenir un bouton de lock pour tirer sur un ennemi par exemple), propose plusieurs subtilité. Tout d'abord, contrairement a Resident Evil les armes a feu ne ont pas reines ici. S'il y en a pas mal et qu'elles sont toutes utiles, c'est a l'épée (et aux gantelets) que se décidera la victoire. De nombreux mouvement sont disponibles pour trancher de l'ennemi, et l'alternance tir/attaque physiques permettra quelques combo sympathiques. De plus lorsque les choses se gâtent, Dante peut faire appel a ses pouvoirs de démons, lui donnant accès a une nouvelle palette de coups (idée qui malheureusement disparaitra a partir du 3ème opus de la série) ainsi qu'un bonus conséquent en force et une régénération de ses points de vie.

La forme démoniaque d'Alastor permet de maitriser les cieux


On peut aussi déchainer sa puissance démoniaque a travers nos tirs

Ensuite l'autre force de DMC est son bestiaire, entre pantins démoniaques, hommes lézard, mouches géantes, spectres aux ciseaux, araignées de pierre, on a de quoi s'amuser, surtout qu'entre le mode facile (pour ceux qui trouvent le jeu trop dur) et le mode normal de nouveaux monstres apparaissent et qu'entre le mode normal et le mode hard ils gagnent tous de nouvelles attaques. La palme du meilleur monstre reviens sans doute au chat d'ombre, l'un des ennemis les plus dangereux du jeu, ne vous laissant plus un poil de sec lors du premier combat contre lui, et qui plus tard deviendra l'un des ennemis les plus trippant du jeu a affronter. On s'aperçoit d'ailleurs avec cet ennemi que des possibilités de jeu caché nous sont offertes en faisant la bonne action au bon moment, par exemple s'il lance vers nous une lame et que l'on saute pour l'éviter tout en retombant dessus il se retrouve alors légèrement paralysé et l'on peut tranquillement l'aligner pendant ce temps tout en continuant de marcher sur sa lame (une idée que l'on retrouve aussi face a certains boss comme Phantom a qui on peut fermer sa gueule, juste avant qu'il ne crache une boule de feu, d'un coup d'épée bien sentie, une astuce permettant de lui faire de bon dégâts en plus). De plus il est courant dans ce jeu de voir un boss amorcer une attaque dans une cinématique et que l'on doive l'esquiver dés que l'on reviens au jeu, nous forçant d'être toujours attentif (une bonne idée qui disparaitra dés l'épisode suivant, mais sera repris a Hideki Kamiya dans le fantastique Bayonnetta).

Des ennemis franchement cools

Les boss sont du même acabit, présenté par des intro superbes avec des dialogues faisant bien comprendre a quel point notre héros leur est supérieur, ils sont mortel, possèdent des patern vraiment impressionnant et comme si cela ne suffisant pas ils sont franchement classe (enfin si on excepte le Nightmare) tout comme leur thème musical. Tout les joueurs ayant atteint Phantom, Nero Angelo ou Griffon en parlent souvent d'eux comme des des meilleurs boss jamais fait. Si le travail de boss design les concernant est très réussi, c'est leur mise en scène, leur apparition surprise et les combats toujours renouvelé contre eux (chacun d'entre eux se combat au moins 3 fois et a chaque fois ou presque la technique pour les combattre change, la palme revenant a Griffon ou aucun duel ne se ressemble). Et ne parlons pas du boss final...


Des boss dantesques (bon elle était facile, je l'avoue)

Enfin si finalement on va en parler, car une des autres qualité de ce jeu est de proposer en plus de petites séquences avec un gameplay différent, pour être précis des séquences sous-marines en FPS et une séquence de shoot 3D en ouverture du boss final (encore une idée qui disparaitra de cette série pour réapparaitre plus tard dans Bayonnetta).

Bon en plus de ça le jeu est accompagné par une bonne bande son se composant principalement de deux types de thèmes. Des thèmes inquiétant lors des phases d'explorations (on sent encore l'influence Resident Evil) et des thèmes d'actions survolté lors des combats. Et quelques lieux ont droit a leur thèmes personnels comme l'église qui a le droit a l'un des plus beau thème du jeu.

Le jeu proposait aussi une bonne replay value avec ses différentes difficultés qui débloquaient presque toutes quelque chose, ainsi que ses missions secrètes qui permettant a Dante de contrôler le temps (une feature disponible tout au long de la série mais sous différentes formes).

Pour en finir avec ce jeu, je voudrais souligner que pour l'époque ou il est sorti ce jeu proposait une grande variété de scène d'action, là ou beaucoup de jeux du genre depuis proposent des situation trop proches les unes des autres.

Devil May Cry 2

Fort du succès du premier épisode, les commerciaux de Capcom lancent un nouvel épisode. Malheureusement comme Mikami et Kamiya sont occupé a d'autre projet, c'est une autre équipe qui s'en occupe et cela se sent. Si objectivement Devil May Cry 2 est le moins bon épisode de la série, il reste un bon jeu d'action et a posé pas mal de bases qui seront réutilisé dans les épisodes a venir.


Mon design favori de Dante

Une mystérieuse jeune femme nommée Lucia invite Dante a la retrouver pour voler un artefact. Lors du vol ils sont attaqué par des démons dont Dante se débarrasse rapidement. Elle lui dit alors de la rejoindre sur une île appelé "Vie de Marli" (en français dans le texte). Une fois qu'il la retrouve, la mère de la jeune femme, Matier qui lui apprend qu'un méchant chef d'entreprise nommé Arius veut réveiller un redoutable démon pour s'approprier ses pouvoirs.


Lucia tout aussi doué que Dante lorsqu'il s'agit de casser du démon

Bon encore une fois le scénar n'est qu'un prétexte (d'ailleurs a ce propos Kamiya a dit dans une interview qu'il ne comprenait pas les joueurs qui critiquaient le scénar de DMC 2 en le comparant a celui de DMC, car pour lui les scénar de la série sont de simple excuse pour ous donner une raison de taper du démon) et c'est le gameplay qui nous intéresse. Dans les bonnes nouvelles on commence avec deux perso différent (Trish sera déblocable plus tard sous certaines conditions) Dante et Lucia. A ce propos je recommande vivement de faire le scénario de Lucia d'abord, le peu de scénario du jeu se trouve surtout dans sa partie, et de plus son scénar étant plus simple il permet de s'habituer au changement de gameplay du jeu par rapport au précédent. En parlant de scénario plus simple, il faut noter que la difficulté de cet épisode a chuté terriblement due principalement a un défaut que j'aborderai plus tard.


On peut maintenant Tirer dans plusieurs directions

Dans les gros changement de gameplay, le système d'enchainement a l'épée n'est plus basé sur le rythme où l'on appuie sur le bouton, mais sur le fait d'appuyer ou non sur le stick directionnel entre deux hit. L'autre gros changement est que l'esquive est maintenant placé que sur un bouton au lieu de demander une combinaison de bouton (on retrouvera cette idée dans les styles de combat trickster des épisodes suivants) et c'est a l'aide de ce bouton que l'on peut courir sur les murs. Dans les changement mineurs les combats sous marins se font maintenant avec une vue classique et un gameplay particulièrement limité. Dante au maintenant la possibilité de tirer sur deux ennemis en même temps ou de tirer vers le bas pendant un double saut (possibilité reprise plus tard dans la série sous le style Gunslinger).


Ou courir sur les murs

L'un des principaux changement viens de la forme démoniaque. Dante n'en a plus qu'une seule (Lucia aussi d'ailleurs) car elle n'est plus lié a l'arme qu'il porte (enfin en même temps dans cet épisode il n'y a que des épées, donc ça limite) par contre il peut la personnaliser a l'aide de gemmes. Si l'idée est bonne, le faible nombre de pouvoir fourni la rend assez peu intéressante.
Enfin notons que Dante et Lucia peuvent faire des super attaques démoniaques avec des manip secrètes non données dans le jeu (vive les plan du jeu sur le net...), d'ailleurs pour le cas de Dante il ne peut les faire qu'en forme de super démon.


L'épée n'est maintenant lançable que dans les air et en forme démoniaque

Mince j'allais oublier de parler de ça. Le super démon est une exclusivité de cet épisode. En gros lorsque Dante n'a presque plus de vie et qu'il a assez d'énergie démoniaque pour se transformer en démon, il peut devenir quelques instant un super démon devenant par la même invincible et faisant des attaques de dingues aux dégâts de folie. Malheureusement, a moins de sortir ce pouvoir contre un boss de fin de niveau, il n'a qu'assez peut d'utilité vu qu'après sont utilisation vous vous retrouvez avec le peu de vie qu'il vous restait, vous mourrez sans doute a votre prochaine rencontre. Lucia elle n'a pas le droit a cette forme ce qui explique sans doute pourquoi elle peut toujours faire les super attaques.

Dans les petites nouveautés, il n'y a plus de coups a acheter (on commence de base avec tout nos coups) mais par contre on peut acheter des bonus de dégâts pour les armes que cela soit les épées ou les flingues.

Un bestiaire nouveau

Niveau bestiaire cet épisode fait l'effort de le renouveler entièrement. Si tout les monstre ne sont pas une réussite, plusieurs sont franchement cool. Le problème vis a vis du bestiaire (et des boss par la même occasion) c'est que dans cet épisode les flingues sont beaucoup trop puissant. La plupart du temps rester au loin en mitraillant l'ennemi est une stratégie beaucoup trop payante. On se rend vite compte qu'aller au corps a corps est une mauvaise idée et on ne le fait au final que pour tripper, le jeu n'ayant malheureusement pas été pensé pour ça. C'est évidemment là que la difficulté du jeu en pâtis.


Des boss sympa mais réutilisé plusieurs fois

Les boss eux sont plutôt sympa (et évidemment chaque scénar comporte des boss uniques), mais plusieurs d'entre eux deviennent des ennemis rares dans le scénario de Dante (les gorilles, les tank démoniaques par exemples). Enfin la plupart des boss ne parlent plus contrairement au premier épisode. Si dans l'ensemble ce n'est pas génant, cela pose problème lorsqu'on rencontre de nouveau Phantom de DMC 1 et que ni lui ni Dante n'échangent des mots. D'ailleurs Dante ne parle presque pas de tout l'épisode ayant décidé de se la taper je suis un bogoss trop dark (ou les concepteur on eu la flemme d'écrire des dialogues, malheureusement c'est nettement plus probable). Mais le problème des boss reste que vos flingues les défonceront si efficacement que vous vous demanderez pourquoi Dante porte cette grosse épée sur son dos.


Des flingues bien trop puissants

Les décors arrivent eux clairement a se différencier des autres épisodes de la série. Entre le petit village méridional (adapté en ambiance gothique bien sur), la ville sombre façon The Crow, la station pétrolière, le temple à la Tomb Raider. Mention spéciale a la tour d'Ouroboros qui mute petit a petit au fil de votre avancé a l'intérieur. Par contre on a de quoi être déçu par le fait que la plupart des lieux sont traversé par Dante et par Lucia (un peu plus de lieux spécifiques aux deux aurait été sympa, enfin on est loin de DMC 4 et de sa traversé rewind du jeu).

L'un des coté positifs du jeu est sans conteste sa bande son. Sans doute la plus agréables a l'écoute de la série (l'absence des thèmes Resident Evilesque y est sans doute pour quelque chose), elle comporte pas mal de thème rafraichissant. Par contre du fait que la mise en scène du jeu marque peu, peu de thème resterons dans les mémoires (bien que personnellement le thème de la deuxième forme du boss final de Dante est l'un des mes favori de la série).

Bon même si le jeu est facile, il propose quand même du challenge. De nombreuse mission secrètes sont a débloquer et même si cette fois-ci elles ne se composent que d'arène de combat elles sont assez violentes (la dernière de mémoire nous oppose a deux boss de fin en même temps...).

Enfin une arène est disponible avec ses 666 étages (elle sera reprise par la suite dans la Spécial Edition de DMC 3, ainsi que dans DMC 4), donnant de quoi s'occuper a ceux qui n'en ont pas assez.


Certaines poses sont vraiment classes

Un petit mot pour donner une avis entièrement personnel sur ce jeu. Si comme je l'ai dit c'est objectivement le plus mauvais de la série, forcé d'admettre que personnellement j'aime beaucoup cet épisode. Son ambiance plus a l'américaine est très plaisante, certains éléments de gameplay sont plus instinctif que dans les épisodes suivant (je pense surtout a l'esquive ou au tir sur deux ennemis), et l'apparition d'un chapitrage permettant de se faire a l'occasion une partie rapide sur son niveau favori m'ont fait passer pas mal de temps sur ce jeu. Enfin j'ai vraiment kiffé le personnage de Lucia, sans pouvoir fondamentalement expliquer pourquoi (enfin si la version piano de son thème musical est magnifique...).
Et contrairement a ce que l'on croit le deuxième épisode s'est plutôt bien vendu, car de nombreux fan du 1 l'ont acheté les yeux fermé, et pas mal de personnes rebuté par la difficulté du premier on découvert la série avec cet opus plus accessible.

Devil May Cry 3 : Dante's Awakening

Après l'échec critique du 2, Capcom rappelle les créateurs de la série a l'aide les créateurs de la série pour qu'il essaient de rattraper le coup. Et c'est un coup de maitre.


Un Dante jeune et dévergondé

Même si je lui préfère le premier épisode, forcé de reconnaitre qu'on a là le meilleur épisode de la série.


Un jeu qui a du style

Revenant aux base du premier opus d'un point de vue gameplay, il se permet en plus de débarquer avec une idée géniale qui permet de réutiliser toute les bonnes idée des épisodes précédents.
Cette idée c'est les Styles. L'idée est de pouvoir choisir un style de jeu qui correspond a ce que l'on aime dans la série. Vous aimez plutôt faire plein de coup impressionnant avec vos armes de corps a corps, alors le style Swordmaster vous conviendra, si vous préférez les armes a feu, Gunslinger est un style vous permettant d'exploiter réellement leur potentiel. Les fan de l'esquive se jetterons sur le style Trickster (quelques vidéos de fou peuvent ce trouver sur internet a ce propos qui donne vraiment l'impression que que Dante est invulnérable), enfin si vous préférez vous la jouer défensif et les contres attaques, le style Royal Guard vous conviendra. Plus tard dans le jeu d'autres styles seront disponibles Quicksilver qui permettra a Dante de ralentir le temps et Doppelganger qui permettra a un deuxième joueur de vous aider (s'il pense a appuyer sur le bouton start de la manette).


Des Mouvements variés

Toujours dans l'esprit de personnaliser "son" Dante, Dante ne peut prendre par niveau que deux armes a feu et deux armes de corps a corps sur tout son arsenal. En parlant d'arsenal, celui de cet épisode est le meilleur de la série, varié offrant plein de possibilité de combo. Mais je laisse les joueurs le découvrir (sachant quand même que l'arme la plus délirante est sans conteste une guitare électrique).

Pas mal de nouvelles armes dans cet opus

Mais cette débauche de pouvoir n'est rien face a aux hordes démoniaques que Dante va devoir affronter. Si le bestiaire est moins inventif que les deux premiers opus, il se renouvelle encore une fois totalement. On trouvera même dedans un clin d'œil a Ghost'N'Goblin la célèbre (et ultra dure) série gun and run (enfin lance de chevalier and run en fait) de Capcom. A noter que la difficulté a été revue nettement a la hausse, dépassant celle du premier épisode.


Des armes a feu aux utilisations multiples

Mais ce qui marquera dans cet épisode ce sont les boss. Très nombreux et varié, et même si a la fin du jeu on doit tous se les retaper dans une sorte de boss mode a la Megaman, forcé de dire que l'on ne s'ennuie jamais. De plus comme dans le premier certains sont doué de parole, permettant de nombreux dialogues de qualité, tous plus délirants les uns que les autres.


Des boss imenses

Tout comme la bande sont comportant des musiques totalement folles et parmi les meilleurs de la série, le main thème a lui seul résume bien l'état d'esprit du jeu (a noter que plusieurs thème sont chantés).


Le retour tant attendus des gantelets

Car l'une des grande force de se jeu est sa folie. Contrairement à l'opus précédent qui est caractérisé par un Dante sobre qui ne parle jamais, on passe là a l'opposé complet. Dante parle tour le temps, se moquant de ses ennemis comme des ses "alliés". Les cinématiques se veulent totalement folles (il faudra attendre Bayonnetta pour avoir droit a des cinématiques aussi dingues) partant dans tout les sens. Malheureusement cette folie se paye par moment par des problème de cohérence scénaristiques, que cela soit entre les différentes scène du jeu (Dante hait son père au début du jeu, et défend son image a la fin sans que l'on ai l'impression qu'entre temps quelque chose s'est passé pour le faire changer d'avis) ou vis a vis du premier épisode de la série (qui laissait supposer que le frère de Dante avait été enlevé dans son enfance, enfin en tout cas qu'il ne l'avait pas revu depuis qu'il était gosse).


Certains mouvements virent quand même au grand n'importe quoi

Cet épisode est une préquelle, excuse permettant a Capcom de remettre le personnage le plus apprécié des fan Virgil, le frère de Dante qui est "mort" dans le premier DMC.


Le retour de Virgil nettement plus charismatique que son frêre

Parler de Virgil tombe bien, car cela permet d'introduire la Special Edition du jeu. Le jeu ayant super bien marché et Capcom étant toujours a l'affut pour faire des gros sous, il n'hésitèrent pas et sortirent une nouvelle version du jeu baptisé Spécial Edition. Les nouveautés ne sont pas légions mais suffisante pour que n'importe quel fan craque. Tout d'abord la difficulté du jeu été revue a la baisse. Ensuite le jeu comporte une arène comme dans Devil May Cry 2 avec ses 666 étages. 3 nouveaux boss ont été ajouté a l'arrache (et hop un téléporteur qui pop de nulle part sans explication). Et surtout on peut enfin jouer Virgil.


Evidemment Virgil a aussi droit a une forme démoniaque

Bon là c'est quand même décevant car Virgil n'a pas de scénario propre et se contente de refaire les niveaux de Dante (Malgré une cinématique d'intro qui laissait espérer le meilleur). De plus Virgil est nettement plus bourrin que Dante ayant de base toutes ses armes (et pouvant toutes les porter), a très peut de pouvoir a débloquer et il ne possède qu'un style, le Devilslayer. Par contre forcé d'admettre que Virgil est super agréable a jouer et marque bien sa différence vis a vis de Dante dans le jeu. Il faut aussi dire que les joueurs motivé pourront débloquer son apparence de DMC 1 sous certaine condition (le rendant encore plus bourrin), enfin les joueurs motivé ou les cheateurs (et j'avoue que sur ce coup j'ai fait parti de la deuxième catégorie) un code existant pour bénéficier de ces bonus sans avoir a se prendre la tête.


Tout comme son frêrot

A noter que la Spécial Edition est sorti aussi sur PC dans un portage malheureusement foireux qui arrive a être moins beau que sur PS2.

Sans doute le meilleur épisode de la série et celui que je conseille naturellement a n'importe qui qui veut tâter de cette série.

Devil May Cry 4

Premier épisode sur console HD de la série et premier jeu d'une grosse licence de Capcom sur ces machine, Devil May Cry 4 se devait être un fer de lance. Si techniquement le parti est réussi (ce fut l'un des plus beaux jeux sur les deux support a sa sortie), malheureusement d'un point de vue ludique le jeu possède des ratées l'empêchant d'atteindre le niveau des ses ainés les plus reconnu, c'est à dire les épisodes 1 et 3.


Encore une fois deux héros se partagent l'affiche

Un petit mot sur la chronologie de la série pour dire que Capcom, bien emmerdé par ce deuxième épisode qu'une bonne partie des fans n'aiment pas, n'a jamais expliqué si cet épisode se situait avant ou après le 2. ce qui permet de bien se marrer en allant sur les forum de fan et en les voyant se battre pour établir une chronologie officielle forcément fausse.

L'arrivé sur un nouveau support (et surtout un support n'ayant jamais connu la série, vu que le jeu est sorti sur PS3 et sur X-Box 360) a décidé Kamiya de créer un nouveau héros dont on suivrait les aventures. Le début du jeu commence donc sur les chapeau de roue avec Nero membre d'une étrange église vouant un culte a Sparda, le père de Dante, et combattant les démons. Nero est  amoureux d'une des prêtresse Kyrié et lors d'un de ses récital, lorsque leur Pape fait son discours, un mystérieux homme en rouge arrive tue le prêtre ainsi que plusieurs des soldats présent et s'enfuit. Nero doit alors se lancer a sa poursuite sous les ordres de Credo le frère de Kyrié.


A première vue Nero ressemble a un simple clone de Dante en plus jeune

Bon gagnons du temps en disant que cet épisode a un scénario plus bancal que celui du 2 car il s'y mêle secret de polichinelle (l'homme en rouge...non c'est pas possible, c'est Dante, incroyable) et éléments que les créateurs ne prennent même pas le temps de nous expliquer comme l'origine du bras de Nero (ainsi que son Devil trigger, etc), on a du début a la fin une impression de bâclage frustrante (là ou DMC 2 s'il avait un scénario ultra simple, au moins avait l'avantage d'être bien mené). Et ce n'est pas la BD officielle sortie au japon qui répondra a la plupart des question, et pourtant c'était son but... (pour les intéressé le site Devils Lair la résume). Par contre les cinématiques sont très classe (la séquence de l'opéra entre autre est superbement mise en scène).


Mais ses ennemis ferais mieux de ne pas le sous estimer

Bon passons au jeu maintenant; car si le scénar est mauvais (une habitude dans la série), le gameplay gagne pas mal de bonnes idées avec l'arrivée de Nero. Nero est classe (c'est pas pour rien que j'en ai une figurine a la maison), Nero a une épée avec une poignée de moto qui lui permet de charger de l'énergie dedans pour modifier certains de ses coups,  possède de plus la plus grande variété de coups de la série sur une seule arme, Nero ne possède qu'un flingue mais bien pensé niveau utilité, Nero peut faire une esquive magique a mis chemin entre le Trickster et le Royal Gurad, Nero possède un Devil Trigger empruntant au Devilslayer de Virgil (en plus d'être plus cool qu'une simple forme démoniaque) mais surtout Nero Possède son Devil Bringer (et moi je m'amuse comme un fou a répéter son nom juste pour le fun...).


Car avec le Devil Bringer ils auronts du mal a lui échapper

Le bras droit de Nero est d'origine démoniaque (aucune explication claire a ce sujet dans le jeu malheureusement). Et cela lui donne plusieurs pouvoirs. Tout d'abord il peut s'en servir comme d'un grappin pour parcourir le décor. Ensuite il peut ramener les petits ennemis a lui, ou se tracter vers les gros (un peut a la façon de la téléportation du style trickster). Il peut aussi chopper un ennemi pour s'en servir comme bouclier. Mais surtout, le bras de Nero peut faire des chopes bien classes. Pendant Devil May Cryen des QTE de God Of War, les choppes de Nero on l'avantage de ne pas avoir de risque d'échec contrairement aux QTE, mais par contre les ennemis peuvent vous attaquer (et donc annuler la chope) pendant la plupart d'entre elles. Ces choppes peuvent être boostées en appuyant sur le bon bouton durant l'animation (bouton dépendant de l'action que fait Nero a l'écran, ainsi s'il donne des coups d'épée c'est le bouton de l'épée qu'il faudra bourrinner, s'il frappe avec son gant c'est le bouton de de gant, s'il le charge l'énergie dans son épée c'est le bouton de charge).


Des ennemis avec un air de déja vu

Ce changement de Gameplay fait de Nero le perso le plus jouissif a jouer de la série. La traversée du jeu est un vrai plaisir avec lui, et ce malgré le fait que le bestiaire soit principalement composé d'ennemi du premier épisode plus ou moins modifiés. Les Boss sont sympa aussi, le gantelet de Nero donnant un aspect vraiment cinématique au scène de fight. Les décors sont super varié, bref les premières heures de jeu nous donne l'impression d'être face a une vrai renaissance de la série. Enfin la première moitié du jeu.



Dante retrouve les principaux styles de DMC 3

Car dans la deuxième on reprend Dante. Pensé principalement pour les super player au niveau de son utilisation, les joueurs de niveau moyen s'apercevront vite que chaque style est moins amusant a jouer que dans le 3ème épisode par rapport a leur niveau de jeu, car utiliser les meilleurs pouvoir demande parfois une grande maitrise (je pense entre autre aux efforts nécessaires pour invoquer l'armure du style Royal Guard entre autre). Alors certes deux armes cool viennent rejoindre son inventaire, les Lucifer Blades une arme aussi classe que technique a jouer (et donc ne visant pas le joueurs moyen) et la Pandora Box une arme de tir démoniaque capable de se transformer en toute sorte d'armes et sans doute l'arme la plus cool du jeu.


Certaines nouvelles attaques de Dante restent bien cool

On peut maintenant changer de style a tout moment (même au milieu d'un enchainement) ce qui offre encore plus de possibilité de combo que dans le 3, surtout que Dante se balade avec tout son équipement. Mais ce qui casse surtout le plaisir de jouer avec Dante c'est que 90% des séquence de jeu avec lui se limitent a refaire le chemin de Nero dans l'entre sens (avec de légers changement certes, mais nettement plus léger que lorsque des scènes équivalentes arrivent dans les autres épisodes de la série) et combattant exactement les même boss que Nero a une exception prés.
Et si vous en aviez pas marre d'affronter ces boss sachez que dans l'avant dernier niveau du jeu (ou l'on rejoue Nero) on gagne le droit ou plutôt l'obligation de tous les affronter une troisième fois. Le plus frustrant étant que contrairement a DMC premier du nom, là les boss sont identiques dans leur pattern.


Certains ennemis sont quand même sacréments classes

Une autre déception sont les musiques du jeux, qui si elles ne sont pas mauvaises, elle font trés DMC 3 en moins bien.

Comme d'habitude maintenant le jeu comporte son lot de missions secrètes et aussi une arène avec 666 étages.


Kyrié sera t'elle délivrée par son prince charmant ?
(Au moins vous avez une idée du haut niveau inellectuel du jeu)

Alors attention je me plains beaucoup, mais soyons franc. Si DMC 4 est un très bon Beat Them All (et sans doute l'un des 3 meilleurs sur console HD juste aprés God Of War 3 et Bayonnetta), ce qui cause mes critiques c'est que j'ai joué a DMC1 et DMC3 et quand on est habitué a un tel niveau de qualité, c'est dur de redescendre d'un cran. Fondamentalement c'est un bon jeu et je le conseille a n'importe qui voulant découvrir la série, car il reste un super jeu (et puis j'ai quand même plus de 30 heures a mon actif dessus, alors je serait mal placé pour dire que le jeu est nul...). De plus son portage sur PC est une vrai réussite (entre cet épisode et Resident Evil 5, Capcom fait enfin l'effort de faire des portages de qualité sur PC).

Autour de Devil May Cry

L'univers DMC ne s'arrête pas aux jeu, Capcom dans le but de faire des pépettes a sorti un roman (malheureusement il n'a pas passé la frontière du japon) et des BD (certaines sont arrivé en France mais leur qualité est plutôt moyenne de mémoire). Enfin un animé sympathique sur la vie de tout les jours de Dante existe, mais ne vous attendez pas a voir des combats impréssionant car c'est là ou l'anime a le plus de faiblesse (un peu dommage pour un anime adapté d'un Beat Them All).

L'anime Devil May Cry se passe entre les épisodes 1 et 4 de la série

 

L'Avenir de la série


Le nouveau Dante, objet de la polémique

Si DMC 5 est anoncé par Capcom, ses createurs ne seront plus aux commandes ce qui laisse craindre un DMC 2 bis. Le premier trailers est surtout choquant car c'est un reboot de cette série encore jeune (chose donc plutôt inutile) et le relooking du hérs est loin de mettre tout le monde d'accord. Sachant que le studio s'occupant du 5 est celui ayant fait le plutôt moyen Heavenly Sword (enfin selon la plupart des critiques du net, car je sait que Linsky a bien aimé lui et dans mon cas je n'ai pas encore eu l'occasion de le faire).


Les nouveaux ennemis ont un design sympa par contre

Et sinon pour ceux qui veulent savoir ce que devienne les créateurs de la série, il ont créé leur propre studio : Platinum Game qui nous a offert des petites merveilles comme Mad World,  Bayonetta (le meilleur Beat Them All 3D a ce jour, selon moi, fait par Kamiya) et le prochain Vanquish (fait par Mikami le créateur de Resident Evil) qui s'anonce plein de promesse (et en tout cas c'est la première fois que je voit un boss design digne de ce nom dans un TPS ou un FPS) et dont je vous conseille de télécharger la démo.

 
Vanquish semble être une fantastique tuerie au vue de la démo

Partager cet article

Repost 0
Published by Ray, qui a tordu tout les Devil May Cry - dans Prend ton pad !
commenter cet article

commentaires