Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 16:13

Ayant trop souvent entendu des propos negatif sur le genre "Zombie", aujourd'hui il est temps de remettre les choses à leur place.
Amoureux depuis toujours des oeuvres d'anticipations, je n'ai jamais saisi comment une thematique horrifique et dramatique pouvait autant basculer dans la guaudriole et dans la blague potache afin que les zombies servent de punching ball aux bouffeur de popcorn.


Il est pourtant logique que chaque mythologie de monstres, reflete une angoisse d'epoque, de peur inconsciente ou autre :

 

- le Vampire est tres fortement liée à la religion et ses tabous (sexes et co),
- le Monstres biologique, lié à une angoisse environnementale,
- les Aliens, liés à la peur de l'inconnu/etranger,
- les Robots, liés à la peur technologique/informatique,
Ainsi  le zombie est tout autant representatif d'une chose plus ou moins consciente.


C'est Romero en creant l'un de ses 1er films, qui a instauré les regles et prouvé que sous la forme peu ragoutante du mort pouvait se cacher un réel fond.


En commençant par Night Of The Dead de 1968 (ouvertement tiré de "I am Legend" de Matheson), que Romero a posé sa problematique..

Une genre de "contagion" debute dans une region, un petit groupe de survivant trouve refuge dans une maison et doit  resister à une horde grandissante de "mort qui marche", mais surtout aussi faire façe à d'autres problemes souvent occulté (comme vivre en confinement avec d'autres gens/partager un territoire), qui meneront à leur propre destruction.

Mon 1er constat c'etait que la solution (et la thematique) si façile dans le genre etait autre ici, puisqu'il ne s'agissait pas de monstres, de virus, mais tout betement de la mort..
Aucune balles en argent, aucun pieu, aucun remede ne pourrait eradiquer le probleme.
Les protagonistes aussi bon, fort, intelligent, logique soit-ils, n'y pourront rien..
La mort est ineluctable et exponentielle.

La resonnance de ces "morts cannibales" se devoilait petit à petit au fil des lectures..
Ils sont "nous", parents, enfants, voisins, amis, anonymes, sous un vision peu empathique car putride, et sans reflexion, néanmois unifiés..
Contrairement aux humains survivants qui paradoxalement, en etat d'urgence font preuve d'egoisme et s'entretuent pour la survie.
Des morts unifié par un instinct primaire qui les guide, un pretexte pour parler de nous ?


C'est dans Dawn Of The Dead que le message prend tout prend son sens..

Hormis, la critique pertinente sur les medias, ce fut surement un fantasme de voir les heros de cette episode, s'installer dans un supermarché où tout y est abondant (les produits de consommations) puis de s'apercevoir que les morts errent déjà à l'interieur, par reflexe/instinct.

Le personnage de Peter dira :
"Ils sont ici parce que c'est un vague souvenir de leur ancienne vie."
Tout est dit, l'analogie est evidente..
si "ils" sont "nous", alors nous sommes ces decerebrés errant dans les temples de la consommation, pour acquerir non pas par besoin, juste par reflexe..


Dans Day Of The Dead, on avance encore dans une direction plus critique de l'humanité puisque maintenant la proliferation s'etend pleinement..
Un groupe de soldat et de scientifique se cotoient dans un bunker dernier bastion de la resistance.
mais une fois de plus, le relationnel sera voué à l'echec par definition et vocations des personnages..
Un épisode clairement anti-militariste, dans un monde ou la mort c'est personnifié et nous a pris comme receptacle une force armée ne peux certainement pas nous sauver.
Pour ce qui est du suivi, les morts apres éveil instinctif du 1er, les reflexes du 2eme, ici, prouvent par certains aspect qu'ils tendent à avoir des souvenirs de comportement sociaux..

Image

Tel "Bub", le zombie qui reconnait la main qui le nourrit et qui fait un ultime salut militaire au vicieux commandant du Bunker qui se meurt..


Rien de plus logique que le comportement empathique des morts de Land Of The Dead, alors..
Le pompiste (Big Daddy) menera son "armée" vers notre territoire, comprenant que notre minorité est un danger pour eux.
Les feux d'artices ("les fleurs du ciel" qui symbolisent le detournement mediatiques de réel problemes) n'y feront rien, ils ne detournent plus leur yeux de ce qui est devant eux..

nous, donc un moyen de survie.
http://images.google.fr/url?source=imgres&ct=tbn&q=http://thecia.com.au/reviews/l/images/land-of-the-dead-8.jpg&usg=AFQjCNHThWIib66lZFBozp5TVgoRVukptg

Oui, car le fameux cannibalisme des morts qui peut paraitre basique et gratuit pour un film de genre, n'est il pas ici juste un moyen de proliferer ? D'etendre sa race ?
Il est expliqué a mainte reprise que la nourriture ne leur est d'aucun interet au niveau vital (il leur est même physiquement impossible de s'en repaître souvent) toutefois leurs morsures provoquent une infection fatale, une mort certaine creant un soldat de plus errant sur des terres desolés.

Les zombies de ce dernier episode nous donneront l'impression que l'humanité c'est degradé à un tel point (par des inegalités sociales, l'egoisme, ect) que ces morts sont les representant d'une nouvelle race, finalement beaucoup plus logique que nous.



Avec une telle coherence de propos, loin de l'idée que Romero voulait juste nous faire sursauter ou nous donner un simple divertissement gore, je pense qu'il voulait nous degouter, non pas par les eventrations ou arrachage de membres en tout genre mais bien plus par une vision nihiliste de nous même et de notre société..
De l'incompetences de nos gouvernement à changer de point de vue ou de se separer d'un mode de pensée voué à l'echec.

 

Night Of.. la nuit ou tout commence, une region subit l'invasion.
Dawn Of.. le crepuscule, le pays commence à se faire gangrener.
Day Of.. le jour s'est levé, il est trop tard pour le pays. 
Land Of.. les années ont passé, la terre est leurs territoires.



Si Edgar Wright (Shaun Of The Dead) ou Danny Boyle (28 Days Later) Kirkman (Comics Walking Dead) ou encore la petite série tres confidentielle Dead Set , ont su rendre hommage au genre avec intelligence, tout ceci reste malheureusement tres exceptionnel..
A voir L'armée des Mort (de Snyder, soit disant Remake de Dawn Of The Dead) qui survole le fond, ou encore Zombieland qui me fait l'effet d'une blague à base de prout en soirée beuverie avec un groupe d'adolescent emeché, je pense que le genre zombies n'a pas vraiment de beaux jours devant lui..
dommage, il y a pourtant encore tant à dire sur "nous".

Partager cet article

Repost 0
Published by Linsky, errant sans but.. - dans Pas de PopCorn pendant la seance !
commenter cet article

commentaires

tomoyo 16/01/2010 00:21


Roh, tu as bien survolé un de tes sujets préférés je trouve.

En plus tu ne parles même pas du prochain (qui n'a, je crois, toujours pas de nom officiel) !

D'façons les zombies de Romero, ils sont mous du genou ! Même pas peur !


Et je voulais terminer par mon passage préféré : la patinoire.

Barbara rocks !

Voilà c'tout !