Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 15:15

Bon pour mon premier article sur ce blog je me suis dit que j'allais parler d'un jeu qui me tien beaucoup a cœur, Contra Hard Corps... enfin non en fait je vais plutôt parler de Probotector sur Megadrive, c'est a dire du même jeu mais après passage de la censure. Car bizarrement c'est un de ces jeux dont je préfère la version censuré a la version non censuré...

Pourquoi ?

D'abord car ce run and gun est l'un des rares a avoir un scénario relativement élaboré et qui dit scénario dit cinématique, et qui dit cinématique dit coupure dans l'action. Un problème que l'on retrouve encore dans des jeux actuels comme Bayonnetta (la cinématique ultra longue avant le combat contre Balder par exemple). La version européenne a eu la « bonne » idée de charcuter méchamment le scénar; S'il y a de la perte (on perd une fin optionnelle : http://www.vgmuseum.com/end/genesis/a/contrabad.htm), on gagne énormément en rythme de jeu ce qui rend le jeu bien plus agréable. Et puis c'est pas comme si le scénario de ce genre de jeux était important. A noter que dans les option de la version européenne on peut mettre le jeu en français, mais dans ce cas le scénar ce fait charcuter un peu plus, la trad étant mauvaise.
Ensuite la version Jap est horriblement facile, on possède des point de vie et des vies plus des continus dans une série qui nous a habitué a avoir quelques vies et des continus. Ayant l'habitude de ce genre de jeu je trouve la version jap pas amusante  a cause d'une absence de challenge. La version européenne rend le jeu nettement plus intéressant a faire déjà qu'il n'est pas bien dur pour un jeu du genre (sa réputation de plus dur épisode de la série est clairement usurpée mais j'y reviendrais plus loin). Ce qui est intéressant dans ces différentes versions c'est que comme ça chaque joueur peut choisir sa difficulté en choisissant son jeu.

Enfin parce que comme tout les épisodes de la série ayant été renommé Probotector en France, les héros sont remplacés par des robots et j'adore les robots (c'est d'ailleurs un autre truc qui fait que j'aime ce jeu, car pas mal de boss sont des mecha). Après ceux qui préfèrent les body builder musclé peuvent se rabattre sur la version américaine.

Bon maintenant parlons du jeu en lui même, car c'est quand même ce qui nous intéresse ici. Cet épisode change pas mal de règles de la série, même si le gameplay de base reste le même. C'est a dire on coure (et on grimpe sur les mur aussi) on saute on tir et on a même une position pour tirer sans bouger (utile pour ne pas s'approcher d'un boss par erreur). On a aussi une power bomb comme sur le célèbre épisode Super Nintendo. Enfin on peut jouer a deux (chose indispensable dans ce genre de jeu).

Première nouveauté, on choisi son perso parmi quatre différents :

Le robot Bleu est l'un des perso équilibré du jeu et correspond au perso classique de la série (dans la version américaine il est d'ailleurs représenté par un clone de Schwarzy), on retrouve les classique bombe, homing et spread gun et une mitralleuse.


Le robot Rouge est une variante du bleu (et accessoirement la femme du jeu en version US et Jap), légèrement plus facile a jouer selon moi (et par extension mon perso préféré), il possède des armes principalement basé sur les laser : mitrailleuse laser, laser long, bombe a trajectoire courbe et une nué de laser a tête chercheuse.


Brownies le petit robot (et comme c'était déjà un robot dans la version originale ben il n'a pas été censuré lui) est un perso pensé pour les joueurs débutant; Possédant la plus petite hit box du jeu, ainsi qu'un double saut il rend très simple pas mal de phase. Ses armes ne sont pas en reste car on retrouve un laser large permettant de balayer de sacrée zone de jeu, un tir boomerang (sans doute son tir le plus faible), un tir générant un bouclier contre les petit tir qui se transforme en projectile a tête chercheuse, et enfin l'arme qui fait de la purée des boss, le yoyo a tête chercheuse.


Là on arrive a du lourd. Le robot loup (qui en version américaine est un mutant loup garou) est sans doute le perso le plus dur a prendre en main mais aussi le plus puissant de tous (l'un ses tir peuvent descendre des boss en un seul projectile). Ses gros problème sont la taille de sa hit box qui est la plus grande du jeu ainsi que sa mobilité, car la moitié de ses armes le bloque sur place au moment du tir et pour couronner le tout une partie de ses arme a aussi une courte portée. Ses armes sont la mitrailleuse a tir large, le lance flamme, le coup de poing enflammé et le tir chargé.

Toujours dans les nouveauté les perso peuvent maintenant faire des glissades. Et maintenant il peuvent transporter toutes leur armes sur eux (au lieu de deux au choix), perdre une vie sous entendant perdre l'arme en cour d'utilisation (un peu comme dans les Thunder Force).

Bon voir les perso du jeu c'est bien, mais qu'es-ce qui fait que j'aime ce jeu au point de vous souler avec...

Ben j'aime les boss et ce jeu est un festival de boss. Là ou la plupart des épisodes de la série comportent quelques boss et des niveau avec des ennemi surgissant a l'infini de façon plus ou moins aléatoire, ce jeu là prend le contre pied et s'il nous offre quelques séquence de ce type ce n'est que pour mieux nous faire enchainer les boss après. Et des boss il y en a de toute sorte :

Des gros :


Des petits :


Des visqueux :


Des insectoïdes :


Des robots :


Et même des truc vraiment étranges comme se boss qui viens sans doute de la tête d'un programmeur qui a trop joué a Tetris :


La mise en scène n'est pas en reste avec des boss détruisant une ville en arrière plan avant de nous sauter dessus :
Ou des boss se battant contre nous en courant sur une route avec des effets spéciaux dont on ne savait même pas la console capable de les faire:


Et puis ils meurent tous dans des explosions a rendre épileptique une chèvre.


Sans compter que si vous croyais vous ennuyer par la répétitive des situation ça n'arrivera pas, car en plus de vos pied vous aurez la chance de faire du tourisme en moto :


En Avion (avec encore une fois des effets de rotation qui nous font découvrir ce que notre petit Megadrive avait réellement dans le ventre) :
En Bateau :


Et même en train :


Le tout accompagné par une musique de rock électronique comme savait si bien le faire cette console (on retrouve des thèmes rappelant Thunder Force 4 entre autre).

Mais en plus de ça, et contrairement aux autres épisode de la série (enfin a part le dernier sur Wiiware), on se retrouve devant un épisode n'hésitant pas par moment a partir franchement en vrille avec des ennemi bien barrés  par exemple :



Ou des boss totalement fumé :


Le pompon revenant sans doute a un boss clin d'œil d'une autre série, ou que se passe-t'il quand un chanteur japonais fusionne avec le héros de la série de Castlevania :


Définitivement c'est l'épisode le plus barré de la série !


Bon mais là avec toute les bestioles que je vous ai montré vous devez vous dire que ce jeu est assez long pour un jeu du genre. Ben en fait non, il dure entre 30 a 45 minutes a chaque partie, mais des partie vous en ferais sans doutes pas mal pour voir les 5 fins du jeu (enfin 6 dans la version non censurée). Car oui, le jeu ayant un scénar, on a la possibilité de faire des choix scénaristes qui influent sur l'aventure et débloquant de nouveaux niveaux. Une bonne replay value en somme, et qui vu le taux de coolitude des certains affrontements donne vraiment envie de découvrir les autres saloperies qu'on prévu de mette en face de nous les créateurs du jeu, comme un combat dans un ascenseur qui ne vous laissera plus un poil de sec la première fois :


Ou de retrouver de veilles connaissances pour les fan de la série :


Bon le jeu n'est pas parfait non plus, le fait de devoir refaire le début du jeu pour pouvoir faire tout les niveaux fait que très vite vous connaitrez certains niveaux par cœur et malheureusement l'un des plus mauvais choix de boss design du jeu est dans un niveau que l'on doit faire a chaque fois.


Cette couille vous les cassera vite a cause des nombreuses séquences ou elle est totalement invincible et ou vous n'aurez qu'a attendre la fin de la séquence en esquivant des attaques qui sont en plus assez inintéressantes a esquiver. Et le pire c'est que c'est le boss qui a le plus de forme du jeu.


Les graphismes sont plutôt terne est l'animation des sprites est plutôt bonne mais inégale (bien que cela n'entache en rien la jouabilité du jeu) ; Par contre ce qui l'entache pas mal est l'avalanche d'explosion lors des rares scène ou les ennemis apparaissent de partout causant parfois des mort car les tirs son caché par les explosions. Enfin une ou deux musiques peuvent vite taper sur les nerf (la reprise du thème de Simon Belmont par exemple). Mais sérieusement a coté des montée adrénaline que vous apportera ce jeu, ces défaut sont vite oublié, l'intro du premier niveau a elle seule suffit d'ailleurs a vous les faire oublier d'ailleurs.

Je disait au début de cet article que la difficulté de ce jeu est surévalué par beaucoup de joueurs. Ce jeu comportant que des boss ou presque, c'est surtout une question de mémoire des pattern; De plus certains persos permettent aux débutant de pulvériser sans problème une bonne partie des boss (Brownie avec son yoyo est utilisé dans tout les speed run du jeu a cause de la vitesse a laquelle il décape les boss), et ce sans compter les super bombes (la dernière forme de chaque boss final du jeu peut être pulvérisé en 3 super bombe, ça tombe bien on en trouve 3 durant le jeu). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je fait ce jeu sans les bombes car parfois les boss partent si vite qu'on n'a même pas le temps de découvrir tout leurs patterns. Si cela est dommage cela évite aussi l'effet Metal Slug avec ses boss qui deviennent abusivement résistant si on arrive pas face a eux pleinement équipé (et donc en ayant joué comme un dieux).

D'ailleurs a ce propos la série des Contra/Probotector est dans l'ensemble bien plus facile que les Metal Slug, mais leur structure Old School (faire un continu nous ramène au chek point, le nombre de continu étant limité en plus) a tendance a les faire passer pour plus dur qu'ils ne sont. Et l'avantage avec cet épisode c'est que la version jap correspond a un mode facile (donc a vous de choisir la version qui conviens a votre niveau de jeu).
Quand on voit un jeu comme ça on peut comprendre après pourquoi je trouve longuet un jeu comme Gear Of War 2 qui est certes varié, mais nettement moins varié que celui ci en terme d'action (c'est d'ailleurs ce que je reproche le plus au jeu vidéo d'action actuel) sur une même période de temps. Alors certes la comparaison peut sembler ridicule, mais quand vous finissez un jeu comme Contra Hard Corps, je peut vous dire que beaucoup de jeux d'action actuels vous semblent mou après (bon après il y a Bayonnetta, qui est sans doute ce qu'il y a de plus proche niveau variété d'action dans les jeux récent, mais c'est un trip dont je reparlerai sans doute plus tard, n'ayant pas le même point de vue que l'article déjà paru sur ce site, point de vue qui se justifie aussi très bien soit dit en passant)
Mais encore faut-il réussir a le finir car comme beaucoup de jeux Old School ce Probotector sur Megadrive est une bête sauvage qui ne se laisse pas facilement dompter. Mais que de plaisir une fois maitrisé.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ray, partageur - dans Prend ton pad !
commenter cet article

commentaires

Petitgoth 15/08/2010 18:28


Tes fautes d'orthographes aussi ^^


Petitgoth 14/08/2010 15:32


C'est bon problème réglé...Tu peux effacer le dial ^^


Linsky 15/08/2010 16:24



non, ta lose restera gravé à jamais sur le net.


 


 



Petitgoth 14/08/2010 14:29


Images invisibles...?


Linsky 14/08/2010 15:17



comment ça ?


pourtant elles apparaissent toutes chez moi.



jeje829 13/08/2010 07:24


Je me demande si un jeux comme celui ci, avec un maximum de boss, visiblement, se prête bien au superplay... ça semble possible, où la structure du jeux l'en empêche ?