Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 22:07

Dans la catégorie des films que trop de gens ont raté ou oublié Cat People (de Jacques Tourneur en 1942), qui de part son époque puritaine devait surement faire frémir l’Administration de censure (le fameux code Hayes) en relatant l'histoire d'une jeune femme pouvant devenir littéralement une mangeuse d'homme..



Et je reste encore et toujours fasciné par le remake de Paul Schrader (Taxi Driver, Raging Bull, ect) en 1982.
 

Après la mort de leurs parents la jeune Irena Gallier (Natassjia Kinski) retrouve son frère aîné, Paul (Malcom McDowell), qui vit près de la Nouvelle Orléans..
Celui-ci a un comportement étrange et disparaît souvent.
Pendant ce temps, Irena tombe amoureuse d'un conservateur de zoo, Oliver, qui a d'ailleurs quelques problèmes avec une dangereuse panthère retrouvé en liberté.
Quand elle retrouve enfin son frère, il lui explique qu'ils font partie d'une race incestueuse d'Hommes panthères...

Reprenant quelques séquences de son prédécesseur tel quels, comme celle de la Piscine, le réalisateur appuie plus brutalement sur la thématique d'Amour ou de Mort étroitement lié par les pulsions sexuelle et animale.


Natassjia Kinski/Irena qui éprouve ses 1er sentiments, glisse doucement vers sa douloureuse et inévitable transformation, illustré par la beauté d'un félin et la laideur d'une malédiction ancestrale.

Le Métrage ressemblant à un vieux conte dans lequel le Félin semblerait être la forme culpabilisante de celle qui a vu "le Loup"..

(Uh uh.. )

 
 

La Féline laisse ce malaise omniprésent de la souffrance et du rapport charnel, puis pose inévitablement les questions de culpabilité face au désir, des frustrations de la virginité ou de diverses émotions tout autant instinctive.
Ainsi les quelques scènes de gore (comme l'arrachage de bras au Zoo) se justifie pleinement comme le sentiment de jalousie qu’éprouve Paul tournant en rond dans sa cage et voyant Irena au côté de son amant.


Un conte violent mais hypnotisant jusqu'à la dernière seconde du métrage, laissant l'empreinte rétinienne d'une Irena rugissant d'amour se mélangeant au générique porté par la voix suave de David Bowie :

"See these eyes so green.. I can stare for a thousand years.."



"Roaaaaar !"

 

Inoubliable.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Linsky, qui aimerait que de tel films soient plus connu. - dans Pas de PopCorn pendant la seance !
commenter cet article

commentaires

Indianagilles 04/01/2012 22:00

C'est un film qui m'a beaucoup marqué quand j'étais jeune et puis je l'ai racheté en DVD il y a quelques années et pouf, je trouve que ça a très très mal vieilli. Et pourtant j'aime bien les
vieilleries. Parfois, il vaut mieux garder certaines choses dans nos souvenirs. N'empêche que Natasha est vraiment magnifique.

Nikobo 26/10/2011 21:22


Wahou alors c'était donc ça l'origine du "Cat People" de Bowie (je n'en connaissais que la chanson) ! L'étendue de ta culture m'étonnera toujours... :)


Linsky 27/10/2011 14:00



non pas vraiment, en fait je ne suis pas ur parce c'est une chanson tiré de l'album "Let dance" de Bowie :


le titre original est "putting of fire" (Gasoline), qui par ailleurs a été repris pour une séquence d'inglorious Basterds.


mais il est vrai que la chansons s'y prête avec une telle perfection, que ça laisse le doute qu'elle a été faite pour ce film. ^^